Wailea Zülch

Engagement Manager

Wailea Zülch

Engagement Manager

Grâce à son énergie positive, Wailea apporte une bonne ambiance au sein de la communauté du foraus – un réseau national de passionné·e·s de politique étrangère – et s’engage à créer des ponts entre les bénévoles et leurs nombreux projets innovants. À cette fin, elle utilise Policy Kitchen comme un outil et une méthode clé pour maximiser le potentiel de synergie. Au sein de l’équipe de Policy Kitchen, elle supervise également les campagnes d’innovation au-delà des frontières linguistiques, en se concentrant particulièrement sur les processus participatifs de strategic foresight. Ses études multidisciplinaires en France, en Suisse et aux Pays-Bas (MSc Sciences politiques ; Relations extérieures européennes) et ses diverses expériences professionnelles la rendent apte à joindre et à communiquer des idées issues de différents domaines. Avant d’occuper son poste actuel, elle a déjà travaillé en tant que bénévole pour le foraus en tant que co-responsable du programme Europe et a contribué à plusieurs blogs et publications.

Publications by Wailea Zülch

La publication du projet d’accord institutionnel en décembre 2018 constitue un événement majeur dans les relations entre la Suisse et l’Union européenne (UE). Toutefois, le sort de l’accord n’est pas encore scellé. Les fortes contraintes de politique intérieure suisse expliquent largement cette incertitude. Pour sortir de cette impasse, les autorités suisses devraient tout d’abord rétablir la confiance avec les principaux groupes socio-économiques opposés à l’accord institutionnel, au premier rang desquels les partenaires sociaux, en position de faire basculer la majorité. Ces derniers voient dans cet accord un affaiblissement inacceptable des mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes. Si l’accord institutionnel comporte bien un volet prévoyant une réforme de ces mesures, il faut souligner que des solutions visant à en atténuer ses effets négatifs existent elles aussi. L’UE ne s’oppose pas aux mesures d’accompagnement en elles-mêmes. Bien au contraire, elle les accepte, pour autant qu’elles respectent certains principes généraux dont celui de la non-discrimination. C’est en tenant dûment compte de cette marge de manoeuvre que le papier suivant se propose d’explorer plusieurs solutions pour faire en sorte que la mise en oeuvre de l’accord institutionnel ne produise pas davantage de sous-enchère salariale.